#7. Le fantastique domaine de Jémonie

Bonjour à tous !

Encore une chronique, oui oui, encore une, mais bon que voulez-vous, je suis dans ma période boulimie de livres. Je tiens à remercier l’auteur, Sarah Arcane, qui m’a envoyé son livre en format numérique. Alors forcément, je me suis engagée envers pas mal d’auteurs, mais là, j’avais besoin d’une pause avec toutes ces histoires graves, sérieuses et qui me font pleurer, et je me suis dit en voyant le résumé : pourquoi pas ?

 

Et oui, j’ai craqué, j’ai lu un livre jeunesse fantastique ce que je n’avais pas fait depuis… très longtemps. Et je dois dire, ça fait du bien, énormément de bien. Surtout quand le livre est bien écrit. Mais comme à mon habitude, voici les points positifs et négatifs.

13575590_600758993426204_1550486287_o

  • Tout d’abord, je dirais que ce livre est frais, et vraiment ce fut un réel plaisir de le lire. Pas de stress, c’est choupi et agréable à lire. L’écriture est simple, mais avec un style que j’aime, sans trop de descriptions lourdes, sans avoir la prétention d’égaler Proust. Bref, ça se lit vite et bien, pour ne pas dire que cela se dévore.
  • Mais la fraîcheur est également par l’histoire, bien évidemment. On suit 4 adolescents qui ont tous un problème, plus ou moins important. Et donc, pendant les vacances direction un camp. Mais ils vont tomber sur un camp… pas comme les autres. Bon jusque là, ce n’est pas très original, mais en fait si. En effet, pour sortir, ils vont devoir traverser différentes épreuves un peu loufoques qui vont leur apprendre à s’entraider, qui vont leur apprendre l’importance de la famille, des amis, la politesse, la tolérance, bref, un paquet de valeurs, qui… sont assez incompréhensible parfois pour des jeunes de 14 ans..
  • Ce que j’ai particulièrement aimé, c’est l’imagination de l’auteure avec les épreuves car franchement, je me suis replongée avec délices et sans problèmes dans un monde merveilleux qui m’a fait rêver. Et tant de petits animaux choupinouuus !
  • Donc, petits ou grands, je le conseille vivement aux deux catégories plutôt pour les jeunes, car il est toujours bon de faire rêver.

Mais aucune oeuvre n’étant parfaite…

Seuls deux points m’ont vraiment chiffonés :

  • Tout d’abord, c’est que les 4 adolescents ont des personnalités très fortes et des traits de caractère.. qui semblent presque totalement disparaître quand ils arrivent dans le monde merveilleux. Je veux dire qu’en fait, c’est comme si c’était des adolescents normaux, sans problème, alors que pourtant, ils sont bien là et ce n’est pas pour rien ! Je trouve en somme qu’il y a un fossé entre la présentation des personnages et leurs actions/réactions durant le camp de vacances.
  • Et deuxièmement, d’habitude, je ne fais pas de remarques sur ça, mais il y a quand même des fautes d’orthographe… Je trouve ça dommage car c’est un excellent livre, mais sans être une grammar nazie, j’ai quand même relevé quelques fautes. Mais bon ça n’enlève rien à la qualité de l’histoire bien sûr, donc même si vous êtes allergique, croyez-moi, ce livre là vous fera passer au-dessus sans problème !

Roulement de tambour… Ma note : etoile-icone-5157-96etoile-icone-5157-96etoile-icone-5157-96etoile-icone-5157-96coups-coeur-etoile-icone-9451-128  4/5

star_red_64  avec petit coup de coeur pour celui-ci quand même car c’est roman jeunesse que j’ai adoré et je m’imagine très bien raconter l’histoire à mes enfants…

#3. Une Seconde Chance

Bonjour à tous

Aujourd’hui j’ai fini le livre Une Seconde Chance de Maude Perrier. Je tiens tout d’abord à la remercier de la confiance qu’elle a eu en moi pour lire et chroniquer son livre.

Je tiens également à dire le contexte : Hier, j’ai commencé à lire les premières lignes de ce roman quand je m’ennuyais durant un intercours de 15 minutes. Mal m’en pris, je ne pus lâcher ce livre avant aujourd’hui, ce matin pour être précise. Autrement di: j’ai lu les 300 pages (541 pages sur ma tablette) en un jour et demi.

Alors, effectivement, mon avis est très positif.

Déjà, il est vrai que c’est moi qui ai contacté l’auteur pour avoir son livre car le résumé qu’elle en a fait m’a vivement intéressé, pour ne pas dire allécher. Après un court dialogue, je me retrouvais avec ce premier livre version numérique, le tout premier pour lequel j’avais dorénavant, une mission.

Seconde chanceLe thème principal est la réinsertion. Cela me rappelle un petit peu le principe de « Le journal d’un condamné à mort » de Victor Hugo, dans le sens où on sait que la jeune fille a fait de la prison, mais on ne sait que très tard (dans la seconde moitié du roman) ce qui s’est passé et ce qu’elle fait.

Ce livre, bien que maladroitement écrit de temps en temps -certains passages manquent de… je ne sais pas, d’un approfondissement de style, je crois… dingo de la stylistique, je dirai aussi que parfois, certains mots sont étrangement employés, ou le registre de langue ne convient pas au reste du texte, mais … ok, j’avoue, je chipote, m’a bouleversé car, étant écrit d’un point de vue interne à la jeune fille, on s’attache rapidement à elle et ce qu’elle vit est tellement dur, qu’on ne peut que la soutenir.

Après, il ne faut pas tomber dans la complaisance et l’exagération. C’est le cas ici, je pense, car même si l’enchaînement d’événements traumatisants parait excessif pour la même personne, si on énumère tout, et on pourrait se dire que, « oui, c’est exagéré et peu réaliste », alors qu’ici, chaque action, chaque réaction de l’entourage, des rencontres qu’elle fait est justifiée et compréhensible, tout en gardant une simplicité sans nom. L’auteur a su faire passer des messages forts, des moments bouleversants, sans pour autant nous asséner de leçons de morale, ou encore essayer de nous faire pleurer sur le sort de la jeune femme. Pas de pitié, ni de compassion. OUF !

Christelle, l’héroïne est une femme qui doit se reconstruire. Chacune de ses pensées, aussi noires puissent-elles être, est justifiée, pas un seul moment je me suis dit : « Réagir de la sorte, c’est tellement « drama », ce ne peut pas être vrai ».

(A noter que n’étant pas du tout fan de roman érotique, ou de roman à l’eau de rose, certains passages m’ont semblés un peu longs et m’ont mise mal à l’aise car très crus mais pas superflu ni même dérangeant pour la lecture. De plus, le fait de décrire des scènes sans artifice a rajouté à certains événements, leur dureté, révélateur de la réalité, ou du moins de la réalité aux yeux de la jeune femme, ce qui la rend encore plus crédible à mes yeux.)

De plus, j’admire l’auteur pour sa manière de décrire un enchaînement d’actions en aussi peu de pages, sans que cela ne donne cette mauvaise impression de défilement en accéléré d’une vie. Il lui arrive beaucoup de mauvaises choses, pourtant, ce n’est pas une vulgaire accumulation de malheurs. Il y a un sens, un lien et le récit est donc construit et équilibré d’un main de maître.

Ayant eu une vie particulièrement difficile, j’ai reconnu certaines réactions du personnage, quitte à m’identifier parfois à lui, dans des situations difficiles (mon avis est donc peut-être un tout petit peu biaisé). Que ce soit les réactions de Christelle ou celles de ceux qui la rencontrent, vraiment, je le redis, tout est maîtrisé.

Enfin, dernier point que j’ai apprécié, c’est que malgré le désir de réinsertion de la jeune fille, qui reste le thème principal du livre, de nombreux thèmes sont de abordés, ne serait-ce que soulevés, et des sujets polémiques, des sujets parfois tabous sont évoqués, pouvant plonger les lecteurs dans une sorte de malaise. En somme : c’est comme si on se prenait un gigantesque « Ne vous voilez pas la face », en pleine tronche. Et j’aime cette écriture tranchante, crue, sans euphémisme pour cacher la réalité de ce qui est. J’aime la personnalité de la jeune fille en qui se mêle des tonnes de sentiments : peur, colère, rage, haine, tristesse, mais aussi espoir, le désir de vivre. C’est Christelle qui vous montre cette aspect rude de la vie, elle représente à la fois une femme détruite par la vie, mais également une battante, qui regarde en face la vérité.

Parmi les thèmes, si je dois en citer quelques uns :  la confiance en soi, le regard des autres, la cruauté des Hommes, leurs préjugés, le harcèlement sexuel au travail, l’injustice hommes-femmes, la fausse couche, la stérilité, le suicide, la mutilation… Oui ça fait beaucoup.

Je n’ai qu’un seul regret : que ça n’ait pas duré plus longtemps… En effet, j’aurai aimé que l’auteur aille plus loin dans… tout ! J’en ressors avec l’envie d’en savoir plus, de comprendre plus : Christelle, les réactions des personnages, le pourquoi du comment. Et quand j’ai ce sentiment, c’est que l’univers m’a tellement absorbé que j’ai l’impression que le personnage était réel. Si réel que j’aimerais le connaître.

Alors, vraiment, je n’ai qu’un chose à dire : une perle inespérée !

 

#1 . Ao Haru Ride

Bonjour !

Ajourd’hui, j’inaugure la catégorie anime par un de ceux que j’ai regardé récemment, c’est-à-dire, un shôjo (Manga pour les filles = plein d’amour partout). Et je vous ai dit que j’étais très seinen : effectivement, quand il s’agit de manga papier. Mais en terme d’anime, j’aime regarder des romances pleine d’énergie, de peps et d’humour. Cela n’est pas parce que je n’aime pas particulièrement les seinen (Psycho-Pass restant mon anime préféré) mais généralement, j’aime regarder les anime shôjos quand je suis stressée, cela me permet de mettre pause sur mes neurones… Et ça fait du bien.

Bref, passons.

menu2

Donc c’est un anime qui se base sur les deux thèmes préférés des shôjos qui sont -roulement de tambour – l’amitié et l’amour. Avouez, vous ne vous attendiez pas !

Je souhaite parler de cet anime car il est VRAIMENT bien. Il y a la dose d’humour qu’il faut, l’animation est bien faite, et les dessins sont comme j’aime : des yeux comme il faut, des arrières plan soignés et le petit plus : l’effet acquarelle pour montrer les scènes du passé, c’est juste tellement mignon et tellement bien fait, je suis fan. Un peu long parfois, c’est peut-être un de ses défauts.

Mais surtout ce que j’ai aimé ce sont bien évidemment les thèmes abordés dans cette série, qui sont très bien traités. En effet, on découvre des personnages qui ont tous un passé et qui essaient de se reconstruire petit à petit grâce à l’amitié.

Le rejet par un groupe, la cruauté de la jalousie entre les filles, l’hypocrisie et la fausse amitié, mais également les rivalités amoureuses, la peur de perdre une amie, le fait de cacher sa beauté pour être acceptée ce qui amène à une véritable de peur d’être remarqué par les garçons…

Tels sont les sentiments qui s’emmêlent dans la vie pourtant d’apparence tranquille de la jeune héroïne. Si on rajoute à cela un amour d’enfance, ou bien une attirance… Des quiproquos amoureux… Et ça donne un cocktail explosif… Sans tomber dans le pathos et la complaisance dans les malheurs (enfin je trouve, vu que je n’ai pas pleuré) – les malheurs de Sophie, non merci !

Cet anime met en scène plusieurs autres jeunes filles qui ont le seul point commun d’être très seules et de ne pas avoir d’amie, quelle qu’en soit la raison.

Toutes semblent tellement joyeuses, et pourtant…

ao-haru-ride-full-1297727

A l’inverse, on a un garçon qui est secret et renfermé. C’est le coeur même de l’intrigue : avant joyeux et joueur, plein d’énergie, un événement le change totalement. Il perd pied. Plus rien ne compte. On ne sait que très tard pourquoi il est devenu cet individu terne et sans attache.

L’amitié et certainement l’amour est ce qui va le faire sortir de sa coquille…

Spoiler /!\

<spoiler>Le jeune homme subit un deuil qui l’empêche de vivre sa vie. Ainsi l’anime prend un tout autre sens dans les derniers épisodes où il acceptera en partie, le fait que la personne chère à ses yeux est définitivement partie.</spoiler>

Certains épisodes sont donc plus sombres, avec des réflexions plus orientées sur la vie, le droit d’être heureux…Néanmoins, je vous rassure, l’anime se termine bien sur une note beaucoup plus légère que ce que les derniers épisodes laissaient à prévoir.

Seul point négatif, c’est la frustration de ne pas vraiment avoir de fin, notamment au niveau de l’amour… C’est une fin, car tout est bien qui finit bien, mais… Il manque un petit truc, même si on n’a aucune peine à imaginer la suite des événements.

Du coup, on reste sur sa faim/sa fin, je ne sais jamais lequel employer… A tel point que j’ai voulu chercher une saison 2 -oui oui, à ce point là ! Mais rien de prévu.. Apparemment, c’est en manga, du coup… roooh, peut-être que je vais m’y mettre (tout comme j’ai dévoré le manga Mairunovich en 2 jours – 63 chapitres)

Alors ? Tenté ? Déjà Vu ? Dites moi tout !

 

R.2 – Gone – Ma saga préférée

Information
SAM_0312.JPG
Gone tome 1 et Light, tome 6, version US  (poche et grand format)

1024px-pegi_violence_2-svg_1

Auteur Michael Grant
Genre Fantastique
Edition PKJ (2009)
Pages 586 pages -premier tome
Saga 6 Tomes parus – Terminée
Synopsis IMAGINEZ…
En plein cours d’histoire, ils sont en train de prendre des notes quand tout à coup… plus de professeur ! Affolés, ils sortent de classe et se rendent compte qu’il n’y a plus aucun adulte. Comme s’ils étaient évaporés. En fait, tous les êtres humains de plus de 15 ans ont disparu. Plus incroyable encore, ceux qui restent développent des super-pouvoirs mais ils ne parviennent pas encore à les maîtriser… Cette aventure extraordinaire est arrivée à Sam, 14 ans, et tous les enfants de la petite ville californienne de Perdido. Passé la première période d’euphorie, les enfants doivent maintenant s’organiser pour survivre. Qui va s’occuper des bébés et des malades ? Comment trouver de la nourriture ? Autant de questions vitales à résoudre en urgence ! Sam devient malgré lui l’un des responsables de l’organisation mais, bien vite, il va devoir affronter d’autres chefs de bandes, aux idées beaucoup plus sombres…

Mon avis personnel

Bonjour à tous !
Aujourd’hui je vais parler LIVRES ! En effet, j’ai toujours été un grande lectrice, mais malheureusement les études me prennent du temps, et du coup, mon rythme de lecture se trouve gravement ralenti.
Mais récemment, j’ai fait un stage à 1h de chez moi, alors forcément dans le train, j’ai pu reprendre avec délice le plaisir de la lecture et j’ai boulotté quelques livres très biens sur lesquels j’aimerais faire une chronique un jour si j’ai le temps.

Mon avis


Je suis de moins en moins dans la catégorie Young Adult mais je suis de plus en plus dans celle des adultes, pourtant, j’ai vraiment accroché à cette série.

En effet, tout d’abord, il y a l’histoire. En fait on dirait que c’est assez simple, mais ça ne l’est pas. Le premier tome pose les bases, avec certains indices qui intriguent le lecteur. Bon, on ne s’en rend pas forcément compte, mais l’ambiance met la puce à l’oreille. Il se trame quelque chose d’anormal. Cette histoire au fil des livres va se complexifier, on sent que c’est une histoire très travaillée : l’auteur sait où il va et malgré tout, il garde un suspens et des surprises sans précédent. Chaque tome relate un fait marquant de l’histoire avec l’histoire principale qui met en place l’intrigue mais en plus de cela, les jeunes gens font face à des obstacles dans l’organisation de la société.

C’est le second point que j’aime beaucoup : les enfants se retrouvant seuls, doivent mettre en place une véritable mini société avec toutes les difficultés que cela implique, autant niveau organisation qu’au niveau des jeu de pouvoirs, des personnalités de chacun, et en plus, par derrière, on a un monstre tapi dans l’ombre, bref, pas simple, et c’est justement ça qui est intéressant : on se concentre autant sur l’intrigue que sur la difficulté des enfants à trouver un rythme de vie (ce qui rajoute une véritable touche de réalisme).

J’en arrive rapidement à mon troisième point : les personnages. C’est certainement ce que j’ai le plus apprécié dans ce livre: le travail qu’il y a derrière chaque personnage. Il y en a beaucoup mais tous ont leur propre personnalité et surtout, ils ne sont pas tout blancs ou tout noirs (sauf Drake je pense). On les voit avec leurs forces, leurs faiblesses, leurs désirs de s’en sortir. Bref, un boulot monstre sur les personnalités de chacun.
On retrouve des personnages très clichés au début mais ceux-ci cassent les stéréotypes par la suite et on voit une véritable évolution en fonction de ce qu’ils vivent et de ce qu’ils sont, ce qui est vraiment appréciable.

Bref, c’est une petite perle : une série qui tient la route, avec une vraie fin, des personnages qui sont attachants (même ceux qu’on trouvent méchants au début), un vrai travail sur le fond. Et dernier point : l’écriture. Alors je l’ai lu en français, et il est agréable à lire, la traduction est bien faite, mais je dois l’avouer, j’étais tellement impatiente d’avoir la suite que j’ai acheté les 4,5 et 6 directement aux Etats-Unis, et il est simple à lire et égrable une fois encore, certainement plus que la version française.
C’est pourquoi, je conseille à ceux qui veulent lire en anglais de tenter la version US car elle est relativement simple et fluide, et très compréhensible !

Donc oui, c’est un coup de coeur de longue date, mais vraiment ma série préférée par excellence.

Seul point qui peut-être négatif : le livre devient de plus en plus sombre (un peu comme Harry Potter, et je ne le conseille pas aux plus jeunes car il y a des scènes décrites qui sont très violentes, j’en ai fait des cauchemars, je l’avoue). Et il est difficile à terminer dans le sens où… Je n’avais pas envie qu’il se termine tout simplement !

Note etoile-icone-5157-96etoile-icone-5157-96etoile-icone-5157-96etoile-icone-5157-96etoile-icone-5157-96 star_red_64

Mention spéciale : Simple Coup de Coeur ♥

©simplemademoiselle

 

F.1 – Le Livre de la Jungle – le Film

Bonjour !
Aujourd’hui, un nouvel article qui me permet d’ouvrir une catégorie en plus dans mon menu : la catégori j’ai vu. Même si je suis plutôt orientée littérature, j’aime parfois aller au cinéma ou regarder une série, un drama ou un anime. Ici, j’ouvre la danse avec le dernier film que j’ai vu exactement samedi dernier : Le Livre de La Jungle en film.

Au début


Au début, pour la petite histoire, je n’étais pas très emballée pour aller le voir. en effet, je suis de la génération Disney , les vrais, les seuls et uniques, bref les dessins animé première version qu’on retrouve en VHS. Oui, j’ai bien dit VHS. Du coup, adapter un dessin animé en film, c’est souvent un désastre, un massacre de l’original. D’où ma méfiance et mon manque de motivation quant à payer aussi cher pour quelque chose qui allait (je pensais) me décevoir
Et en fait, Le livre de la jungle n’était pas non plus mon préféré car, j’avoue, j’avais peur surtout des singes (ce que cette version n’a rien arrangé, soit dit en passant). Mais suite à un retour très positif de 30 millions d’envies dans son article, et l’envie de Simple Monsieur d’aller le voir, je me suis laissée tenter.

Mon avis personnel


« Waow »
Je pense que c’est le meilleur mot pour décrire l’état dans lequel j’étais durant la séance.

  • Au niveau esthétique, le film est vraiment beau, équilibré, et soigné. Les animaux sont très bien faits (tous en numérique, et vu leur nombre, ça a du demander des heures, des jours, des mois des années de travail) et assez réalistes. Baguerra ressemble en revanche à une grosse peluche ! La jungle est aussi très bien faite, et franchement, on s’y croit réellement. En cinéma 4D, cela doit très bien rendre !
  •  Au niveau du scénario, bon je ne vais disserter sur la profondeur de l’histoire car elle est assez connue, mais me rappelant que très vaguement du dessin animé (je ne l’ai pas vu depuis longtemps, à ma décharge), je dois dire que le film m’a surprise dans le bon sens du terme. J’entends par là qu’il m’était incapable de prévoir la fin, ni même de savoir comment Mowgli allait évoluer, comment tout ce mic-mac allait pouvoir se finir.
  • Au niveau du film, en général, je dirai qu’il n’est pas pour les enfants, quand même. Personnellement, je suis certainement un âme sensible, mais je dois dire que voir un enfant de 4 ans dans la salle, euh… Non. Le Livre de la Jungle est totalement différent du dessin animé, car il s’adresse à un public beaucoup plus adulte et est donc beaucoup plus sombre. A la limite de l’angoissant, et parfois, certains personnages tels que le Roi Louis peuvent même faire peur. On a également un caractère plus grave car certaines thématiques sont abordées, même si je ne m’étendrais pas dessus, telles que la différence, ce qui définit être parents, être intégré, mais également, on peut se poser la question sur le bien et le mal : est-ce que la frontière est clairement définie ? Sur l’importance des règles, de leur respect… et j’en passe (je pourrais certainement faire une analyse très approfondie, mais je vais vous éviter mes 10 pages Word sur ce film…)
    A noter que le film approfondit vraiment le moment où Mowgli est élevé par les loups et il montre leur importance tout au fil du film, permettant ainsi d’appronfondir vraiment l’histoire de Mowgli.
  • Au niveau de la bande son, ils ont gardé l’essentiel : la chanson de Baloo ! Vraiment, c’était un plaisir de la redécouvrir et de la fredonner dans la salle (si, si, je n’ai pas honte). Globalement, les chansons Disney se retrouvent au film du récit exceptées certaines (par certaines modifications de l’histoire qui rendent celle-ci plus solennel).

En général, je n’ai pas grand chose à dire de négatif sur ce film. Je ne suis pas ressortie déçue, et j’ai vraiment apprécié y aller.

 

©simplemademoiselle

Le Sorgho Rouge

Bonjour, voici une sorte de critique ou plutôt un résumé annoté du Sorgho Rouge, un livre que j’ai lu il y a déjà quelques mois.
Cela se passe en Chine, durant la montée du communisme. Liang, un garçon de 9 ans et sa famille s’installe dans la campagne, tandis que son père devient préfet de la petite ville. Il va assister à l’ascension de ce dernier, mais également sans trop le comprendre à la mise en place du communisme qui endoctrine la jeunesse.