PaB#2 Les femmes, trop de pression ?

Bonjour à tous !
C’est avec quelques jours de retard que je poste l’article de la Paroles aux Bloggeuses. J’ai rejoint récemment le groupe facebook (ICI) et je dois l’avouer, la petite communauté est bien sympa. Le but est simple : tous les mois, un thème, tous les 30 du mois, un article sur ce thème à poster. Le thème est voté par les bloggeuses tous les mois pour que cela plaise à le plus d’entre nous 🙂
Ce mois-ci, le thème était : Les femmes se mettent-elles la pression ?
La réponse ne faisant aucun doute, l’article pourrait être très court se limitant à la seule réponse : Oui. Mais ce serait trop simple, surtout pou moi qui suis une grande bavarde.

I/ Oui ou…peut-être….

La plupart du temps, (enfin ce que je pense moi) quand on parle de pression, j’entends : physique.
Oui la plupart des femmes font attention à leur apparence, et un peu trop. En effet, cela passe par : les vêtements, les chaussures, les accessoires, et bien sûr l’inévitable maquillage…. Mais cela passe également par tous les soins autres que les femmes font comme rituels pour être belles, avoir une belle peau : hydratation, masque, gommage, épilation minutieuses etc. Je ne vous apprends rien… Franchement, si ça ce n’est pas se mettre la pression ?

Mais la question est… » pourquoi  » ?

Multiplier les soins pour toujours paraître plus jolie, c’est à cause de deux points : la société et nous-mêmes. Ce dernier est souvent oublié mais il est important de commencer à parler en premier de la société.

Le regard des autres, oui c’est aussi simple que ça.

Deux choses : nous voulons plaire à la société, et à souvent à la gente masculine (et/ou féminine, bien sûr), bref, on veut être quelqu’un, être reconnue, mais on souhaite aussi passer inaperçue en étant comme les autres, et ne pas se faire remarquer – rentrer dans le moule, ou encore bien se faire voir, s’affirmer, ou juste, attirer les regards sur nous. Dans tous les cas, nous souhaitons plaire à la société, celle-ci n’étant que l’assemblage des l’avis des personnes qui la composent. Pourquoi ? La plupart du temps, c’est par peur d’être seul, d’être rejeté du groupe. La solitude est terrible… L’amour et l’amitié sont omniprésent, et je dois avouer que parfois, j’ai tendance à penser que certains rejettent leurs malheurs sur le fait d’être célibataire… La société véhicule l’image du bonheur par le couple, et l’amour, est-ce pour autant vrai ? Trouver l’amour, la quête ultime, est-ce donc pour ça, qu’il faut faire autant de sacrifices ? Souvent on relève les dérives telles que l’anorexie, le dictat de la mode, tout ce qui montre à une femme à quelle point elle est imparfaite, alors qu’aucune dans ce monde ne peut se vanter de l’être. Plaire aux hommes, pour être heureuse en couple, avoir une famille etc etc. Et nous, pauvres femmes complexées, on suit, on essaie et puis… Finalement, n’aimerions nous pas un homme qui nous accepte telles que l’on est ?  Toujours ? Démaquillée et naturelle ? 

revolution-743467_1280

Et on en arrive donc, au second point.

Nous-mêmes.

Les femmes se mettent la pression oui, parce que la société « l’exige »… Alors qu’en fait, au final, ça vient de la femme elle-même. Bien évidemment, les magazines, les publicités, tout ça bombardent les femmes leur faisant penser à leurs imperfections. Mais si on se met la pression, c’est également pour nous, égoïstement… Non ce n’est pas égoïste. C’est simplement pour s’aimer. Pour se trouver belle chaque jour, aimer sortir car on a acheté un nouveau haut qui va si bien avec nos yeux. C’est un élément indispensable pour la confiance en soi. S’aimer. Peu importe si c’est avec 3 tonnes de maquillage qu’on se sent mieux, tant qu’on se trouve belle. Donc, oui, on peut blâmer la société mais les femmes se mettent également la pression seule, car elles en ont besoin, tout simplement.

Et parfois, on en a marre. Alors, on lâche tout, et on décompresse. On se met en mode Bridget Jones. Et on lâche la pression sociale. Et il le faut, car sinon, implosion…. Burn out, black out… Non, plus sérieuse, c’est juste mieux de penser parfois : On n’est pas obligée de le faire. Ni de le subir. Ni rien du tout. 

Et vous ? Qu’en pensez vous ?

 

Publicités