PaB#2. Le Lâcher Prise

Bonjour à tous,
Dans le cadre du groupe de La Parole aux Bloggeuses – 1 mois, 1 thème,  (vous pouvez le retrouver ici), le thème de ce mois-ci est le lâcher prise. J’aime beaucoup ce thème car il avait déjà été proposé le mois dernier, mais les exams se cumulant pour la plupart des bloggeuses, cela n’avaient que peu marcher.
La dernière fois j’avais choisi le thème « les femmes se mettent-elles trop de pression ? » et j’avais terminé mon article en disant que malgré les exigeances qu’on pouvait avoir, nous les femmes, envers nous même ou même les attentes de la société, il ne fallait pas oublier de se détendre.
C’est pourquoi le lâcher prise est une sorte de continuité de ce premier article.

massage-599532_1280

Lorsque j’entends le lâcher-prise, je pense à un soupir. Un soupir de soulagement. ce billet sera peut-être un peu plus personnel car dans mon cas, la détente est rare et n’apparaît que dans un seul et unique cas : quand je suis avec mon copain.

Pour vous remettre dans le contexte, toujours dans mon cas personnel, on a souvent eu énormément d’attentes envers moi, notamment au niveau scolaire. Je n’ai été que 3 fois grand maximum 3ème de promo au lieu d’être première. J’ai souvent frôlé la barre des 19/20 de moyenne et je ne me souviens pas avoir déjà eu une moyenne inférieure à 15 sauf en classe préparatoire, mais bon, forcément, la classe préparatoire. Comme j’aime me vanter hahaha!
Lorsque j’ai dit que je voulais être boulangère quand j’étais petite, je faisais face à un « ce serait du gâchis ».
Mon éducation m’a formée à viser la perfection, quels que soient les sacrifices que cela peut impliquer. Bien évidemment, on ne peut jamais l’atteindre mais, on ne peut que se rapprocher de l’image de la perfection qu’on s’est fait.

Ce qu’on appelle le lâcher prise pour moi, est le fait de ne plus penser à rien, de se laisser aller sans avoir toujours 36 000 trucs à faire en 5 minutes… Autant dire que ces moments là… Je n’en connais que peu. Pour ma part, je ne sais pas si c’est pas phobie de l’ennui, ou tout simplement que je suis hyperactive, mais il me faut toujours quelque chose à faire. Ecrire un article, faire du piano, dessiner, écrire mon roman, regarder un film, un anime, lire… Bref, jamais mon cerveau ne semble vouloir se mettre sur pause.
Et clairement c’est épuisant.

Si vous vous reconnaissez à travers ces lignes, alors faîtes attention à vous. Je n’ai jamais connu de burn out pour le moment car un fragile équilibre s’est installé depuis que je suis avec Simple Monsieur. Il semble excessif de dire qu’il me sauve, pourtant c’est un élément essentiel dans ma stabilité psychique. En effet, c’est très important de respirer. De ne rien faire, de ne rien penser. De se laisser aller. De tout lâcher.

Il est très compliqué de le faire notamment avec la pression de la société qui semble toujours en demander plus de nous. Mais si on ne préserve pas cet instant précieux de détente, comment faire pour ne pas exploser littéralement ? C’est ce qu’on appelle le burn out.
Trouver une personne qui vous accepte tel que vous êtes et qui vous permet de vous équilibrer , c’est un moyen, mais il en existe d’autres. Je n’ai pas forcément d’exemple à vous donner sur le moment, mais chacun étant différent, ayant des besoins divers et variés, chacun peut trouver une voie différente pour exprimer ce lâcher-prise qui, toujours à mon avis essentiel à notre vie.
Qu’importe la société, le regard des uns et des autres, et ce qu’on vous dira.

Si je devais résumer cet article en une phrase, ce serait :

Prenez le temps de faire une pause.

PaB#2 Les femmes, trop de pression ?

Bonjour à tous !
C’est avec quelques jours de retard que je poste l’article de la Paroles aux Bloggeuses. J’ai rejoint récemment le groupe facebook (ICI) et je dois l’avouer, la petite communauté est bien sympa. Le but est simple : tous les mois, un thème, tous les 30 du mois, un article sur ce thème à poster. Le thème est voté par les bloggeuses tous les mois pour que cela plaise à le plus d’entre nous 🙂
Ce mois-ci, le thème était : Les femmes se mettent-elles la pression ?
La réponse ne faisant aucun doute, l’article pourrait être très court se limitant à la seule réponse : Oui. Mais ce serait trop simple, surtout pou moi qui suis une grande bavarde.

I/ Oui ou…peut-être….

La plupart du temps, (enfin ce que je pense moi) quand on parle de pression, j’entends : physique.
Oui la plupart des femmes font attention à leur apparence, et un peu trop. En effet, cela passe par : les vêtements, les chaussures, les accessoires, et bien sûr l’inévitable maquillage…. Mais cela passe également par tous les soins autres que les femmes font comme rituels pour être belles, avoir une belle peau : hydratation, masque, gommage, épilation minutieuses etc. Je ne vous apprends rien… Franchement, si ça ce n’est pas se mettre la pression ?

Mais la question est… » pourquoi  » ?

Multiplier les soins pour toujours paraître plus jolie, c’est à cause de deux points : la société et nous-mêmes. Ce dernier est souvent oublié mais il est important de commencer à parler en premier de la société.

Le regard des autres, oui c’est aussi simple que ça.

Deux choses : nous voulons plaire à la société, et à souvent à la gente masculine (et/ou féminine, bien sûr), bref, on veut être quelqu’un, être reconnue, mais on souhaite aussi passer inaperçue en étant comme les autres, et ne pas se faire remarquer – rentrer dans le moule, ou encore bien se faire voir, s’affirmer, ou juste, attirer les regards sur nous. Dans tous les cas, nous souhaitons plaire à la société, celle-ci n’étant que l’assemblage des l’avis des personnes qui la composent. Pourquoi ? La plupart du temps, c’est par peur d’être seul, d’être rejeté du groupe. La solitude est terrible… L’amour et l’amitié sont omniprésent, et je dois avouer que parfois, j’ai tendance à penser que certains rejettent leurs malheurs sur le fait d’être célibataire… La société véhicule l’image du bonheur par le couple, et l’amour, est-ce pour autant vrai ? Trouver l’amour, la quête ultime, est-ce donc pour ça, qu’il faut faire autant de sacrifices ? Souvent on relève les dérives telles que l’anorexie, le dictat de la mode, tout ce qui montre à une femme à quelle point elle est imparfaite, alors qu’aucune dans ce monde ne peut se vanter de l’être. Plaire aux hommes, pour être heureuse en couple, avoir une famille etc etc. Et nous, pauvres femmes complexées, on suit, on essaie et puis… Finalement, n’aimerions nous pas un homme qui nous accepte telles que l’on est ?  Toujours ? Démaquillée et naturelle ? 

revolution-743467_1280

Et on en arrive donc, au second point.

Nous-mêmes.

Les femmes se mettent la pression oui, parce que la société « l’exige »… Alors qu’en fait, au final, ça vient de la femme elle-même. Bien évidemment, les magazines, les publicités, tout ça bombardent les femmes leur faisant penser à leurs imperfections. Mais si on se met la pression, c’est également pour nous, égoïstement… Non ce n’est pas égoïste. C’est simplement pour s’aimer. Pour se trouver belle chaque jour, aimer sortir car on a acheté un nouveau haut qui va si bien avec nos yeux. C’est un élément indispensable pour la confiance en soi. S’aimer. Peu importe si c’est avec 3 tonnes de maquillage qu’on se sent mieux, tant qu’on se trouve belle. Donc, oui, on peut blâmer la société mais les femmes se mettent également la pression seule, car elles en ont besoin, tout simplement.

Et parfois, on en a marre. Alors, on lâche tout, et on décompresse. On se met en mode Bridget Jones. Et on lâche la pression sociale. Et il le faut, car sinon, implosion…. Burn out, black out… Non, plus sérieuse, c’est juste mieux de penser parfois : On n’est pas obligée de le faire. Ni de le subir. Ni rien du tout. 

Et vous ? Qu’en pensez vous ?

 

#1 . Ao Haru Ride

Bonjour !

Ajourd’hui, j’inaugure la catégorie anime par un de ceux que j’ai regardé récemment, c’est-à-dire, un shôjo (Manga pour les filles = plein d’amour partout). Et je vous ai dit que j’étais très seinen : effectivement, quand il s’agit de manga papier. Mais en terme d’anime, j’aime regarder des romances pleine d’énergie, de peps et d’humour. Cela n’est pas parce que je n’aime pas particulièrement les seinen (Psycho-Pass restant mon anime préféré) mais généralement, j’aime regarder les anime shôjos quand je suis stressée, cela me permet de mettre pause sur mes neurones… Et ça fait du bien.

Bref, passons.

menu2

Donc c’est un anime qui se base sur les deux thèmes préférés des shôjos qui sont -roulement de tambour – l’amitié et l’amour. Avouez, vous ne vous attendiez pas !

Je souhaite parler de cet anime car il est VRAIMENT bien. Il y a la dose d’humour qu’il faut, l’animation est bien faite, et les dessins sont comme j’aime : des yeux comme il faut, des arrières plan soignés et le petit plus : l’effet acquarelle pour montrer les scènes du passé, c’est juste tellement mignon et tellement bien fait, je suis fan. Un peu long parfois, c’est peut-être un de ses défauts.

Mais surtout ce que j’ai aimé ce sont bien évidemment les thèmes abordés dans cette série, qui sont très bien traités. En effet, on découvre des personnages qui ont tous un passé et qui essaient de se reconstruire petit à petit grâce à l’amitié.

Le rejet par un groupe, la cruauté de la jalousie entre les filles, l’hypocrisie et la fausse amitié, mais également les rivalités amoureuses, la peur de perdre une amie, le fait de cacher sa beauté pour être acceptée ce qui amène à une véritable de peur d’être remarqué par les garçons…

Tels sont les sentiments qui s’emmêlent dans la vie pourtant d’apparence tranquille de la jeune héroïne. Si on rajoute à cela un amour d’enfance, ou bien une attirance… Des quiproquos amoureux… Et ça donne un cocktail explosif… Sans tomber dans le pathos et la complaisance dans les malheurs (enfin je trouve, vu que je n’ai pas pleuré) – les malheurs de Sophie, non merci !

Cet anime met en scène plusieurs autres jeunes filles qui ont le seul point commun d’être très seules et de ne pas avoir d’amie, quelle qu’en soit la raison.

Toutes semblent tellement joyeuses, et pourtant…

ao-haru-ride-full-1297727

A l’inverse, on a un garçon qui est secret et renfermé. C’est le coeur même de l’intrigue : avant joyeux et joueur, plein d’énergie, un événement le change totalement. Il perd pied. Plus rien ne compte. On ne sait que très tard pourquoi il est devenu cet individu terne et sans attache.

L’amitié et certainement l’amour est ce qui va le faire sortir de sa coquille…

Spoiler /!\

<spoiler>Le jeune homme subit un deuil qui l’empêche de vivre sa vie. Ainsi l’anime prend un tout autre sens dans les derniers épisodes où il acceptera en partie, le fait que la personne chère à ses yeux est définitivement partie.</spoiler>

Certains épisodes sont donc plus sombres, avec des réflexions plus orientées sur la vie, le droit d’être heureux…Néanmoins, je vous rassure, l’anime se termine bien sur une note beaucoup plus légère que ce que les derniers épisodes laissaient à prévoir.

Seul point négatif, c’est la frustration de ne pas vraiment avoir de fin, notamment au niveau de l’amour… C’est une fin, car tout est bien qui finit bien, mais… Il manque un petit truc, même si on n’a aucune peine à imaginer la suite des événements.

Du coup, on reste sur sa faim/sa fin, je ne sais jamais lequel employer… A tel point que j’ai voulu chercher une saison 2 -oui oui, à ce point là ! Mais rien de prévu.. Apparemment, c’est en manga, du coup… roooh, peut-être que je vais m’y mettre (tout comme j’ai dévoré le manga Mairunovich en 2 jours – 63 chapitres)

Alors ? Tenté ? Déjà Vu ? Dites moi tout !